CLÔTURE DE L’ATELIER DE FORMATION DE FORMATEURS SUR LA METHODOLOGIE ET LES OUTILS DU PARTAGE DES CONNAISSANCES AU SEIN DES ORGANISATIONS ORGANISE PAR LA BANQUE MONDIALE

Un réseau de 20 facilitateurs expérimentés désormais formés à la méthodologie de la Banque pour améliorer l’efficacité des institutions grâce au partage systématique des expériences et bonnes pratiques

Dakar, Sénégal, 29 Mai 2017 _ La documentation et le partage systématique de bonnes pratiques pour améliorer l’efficacité des institutions étaient au cœur de l’atelier de formation des formateurs d sur le Partage des connaissances que la Banque mondiale a organisé à Dakar, Sénégal du 22 au 26 mai 2017.

Cet atelier de 5 jours avait comme objectif le renforcement des capacités de 20 facilitateurs expérimentés représentants 9 pays d’Afrique francophones pour améliorer l’efficacité des institutions du service public afin qu’elles deviennent plus résilientes aux rotations du personnel et que les succès et bonnes pratiques soient répliqués à plus grande échelle.

Contrairement à de nombreuses approches classiques de gestion des connaissances, la méthodologie du groupe de la Banque Mondiale met l’accent sur la capture des connaissances au sein d’une organisation pour ensuite convertir les enseignements dans des formats accessibles qui peuvent être partagés, enseignés, adaptés et reproduits. La méthodologie est novatrice dans le sens ou les institutions partenaires conçoivent et mettent en œuvre leur propre programme d’action.

« Les institutions nationales recherchent souvent les bonnes pratiques à l’extérieur de leur organisation et ignorent généralement les solutions découlant de leurs propres expériences opérationnelles, » a déclaré Laurent Porte, Spécialiste en partage des connaissances à la Banque Mondiale, co-animateur de l’atelier de formation des formateurs.

A l’issue de l’atelier, les participants, ont réaffirmé leur engagement à servir de relais pour améliorer la transparence des procédures et rendre l’information accessible au plus grand nombre au sein des organisations du secteur public.

Dans sa déclaration de clôture, Laurent Porte s’est félicité de la qualité des échanges, de la façon dont les participants se sont appropriés les outils de partage de connaissances qui constituent un élément essentiel du processus de développement, au même titre que les outils financiers et techniques. » 

« Nous espérons que vous serez les ambassadeurs de la méthodologie du partage systématiques des connaissances auprès des institutions du secteur public en Afrique francophone » a conclu Kerstin Tebbe, consultante de la Banque et co-animatrice de l’atelier.

Pour sa part, Maty Ndiaye Sy, qui s’exprimait au nom de tous les participants, a estimé que la plateforme d’échanges offerte par l’atelier de formation des formateurs « devrait se poursuivre au sein de toutes les organisations du secteur public en Afrique francophone, afin d’ériger la diffusion de meilleures pratiques en modèle de transfert d’expertise systématique entre pairs dans leurs activités quotidiennes. »

Pour rappel, le programme de la Banque Mondiale développe les capacités de partage de connaissances au sein des organisations de manière progressive.  L’approche repose sur une série d’interventions qui s’étalent généralement sur une période de 18 à 24 mois, et dont bénéficient des organisations du secteur public à travers le monde, toutes régions et secteurs confondus. Elle comprend un exercice d’auto-évaluation des capacités en partage des connaissances, la formulation d’une vision pour le partage des connaissances, l’élaboration d’une feuille de route à moyen terme pour atteindre cette vision et le développement d’un plan d’actions sur 100 jours. Elle consiste en une série d‘ateliers participatifs, de guides, et de conseils pratiques au niveau local et elle est conduite par la Banque mondiale qui s’appuie sur réseau mondial de facilitateurs expérimentés.

Les 20 futurs facilitateurs ayant pris part à l’atelier de Dakar sont : Aw Boubacar, Sénégal ; Bazan Michel, Sénégal ; Buhl Jonathan, Allemagne; Cissé Falilou, Sénégal ; Diouf Ndiaye Nafissatou, Sénégal ; Djaka Yaovi Mawusi, Togo ; Dondasse Pato ; Burkina Faso ; Kamassi Faten, Tunisie ; Kompaore Yennenga, Burkina Faso; Koué Angèle, Côte d’Ivoire ; Massamba Val, République Démocratique du Congo ; Ménard Amos, Bénin ; Nerhling Sarah, Etats-Unis ; Ntamack Hervé, Cameroun; Sanzhie Bokally Thierry, Cameroun ; Sy Ndiaye Maty, Sénégal ; Traoré Thiam Gnylane, Sénégal; Thoto Frejus, Benin; Touré Cheikh Tidiane, Sénégal ; Zamblé Georgette, Côte d’Ivoire.

–FIN—

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *